A la mémoire d’Alfred Kuen

par | Avr 16, 2018 | Divers | 0 commentaires

Alfred Kuen (31 août 1921 – 6 avril 2018) vient de nous quitter dans sa 97e année. Le Forum Emmaüs puise son héritage notamment dans l’œuvre de l’Institut Biblique et Missionnaire Emmaüs (IBME) où Alfred Kuen a joué un rôle central. Nous gardons son souvenir dans l’espérance du Royaume et dans la reconnaissance d’une vie au service du Christ et fondée sur sa Parole.

Figure marquante du monde évangélique francophone, il fut enseignant durant plus de trente ans à l’IBME où il a également dirigé les éditions Emmaüs. Auteur prolifique avec plus de 60 ouvrages sortis de sa plume, il a su donner au protestantisme évangélique francophone nombre d’ouvrages d’introduction et de vulgarisation toujours lus aujourd’hui.

La suite de ce courrier contient plusieurs témoignages d’anciens étudiant(e)s ou collaborateurs/trices. Tous rendent hommage, à leur manière, à l’homme de lettres et de foi, au serviteur humble et irénique que fut Alfred Kuen. Le Forum Emmaüs tient aussi à honorer la mémoire d’Alfred Kuen en offrant à toute personne qui le souhaite son autobiographie« Mon parcours de vie ».

Veuillez contacter les éditions Emmaüs à l’adresse editions@forum-emmaus.ch. Cette offre ne peut être valable que pour la Suisse.

Alfred Kuen aimait à se souvenir de ces paroles du psalmiste : « Tes mains m’ont façonné et affermi… Quand ceux qui te révèrent me verront, ils seront pleins de joie, car je me fie à ta parole » (Ps 119,73-74). A sa suite, nous désirons nous fier humblement à la parole du Dieu vivant.

Jean Decorvet, directeur du Forum Emmaüs et recteur de la HET-PRO

Dès notre arrivée à Emmaüs en 1985, j’ai rencontré chez Alfred, un homme de cœur et d’une grande ouverture. Avec lui, on pouvait parler de tout. Pour ne retenir qu’une seule chose de lui, c’est son respect de l’autre et sa manière simple de vivre au quotidien. Un brin écolo, ce n’était pas rare de le voir arriver à pieds au travail, avec ses grosses bottes en caoutchouc, empruntant le raccourci à travers les champs, un peu comme le paysan du coin. Pas compliqué, heureux de donner et de recevoir des signes d’amitié, voilà ce que je retiens d’Alfred.

Claire-Lyse Lüthi

Je tiens à dire le bonheur que j’ai eu à collaborer avec Alfred Kuen dans le cadre d’Emmaüs. Il fut un élément de paix et d’unité au sein de l’équipe. Malgré son assiduité au travail, il savait se rendre disponible et prêt à l’écoute. Il a su m’encourager dans des moments plus difficiles et je lui en suis très reconnaissant.

Marc Lüthi, ancien directeur de l’IBME et son épouse Claire-Lyse

 

J’ai connu Alfred Kuen comme mon professeur à l’Institut Emmaüs, puis quelques années plus tard, quand j’ai moi-même commencé à y donner des cours, comme une présence marquante au sein de l’école.

Le premier souvenir qui me vient de lui, c’est son regard perçant. Il observait le monde et les gens avec une attention soutenue, révélant par là une pensée qui sans cesse prenait la mesure des choses.

Il se livrait peu, par petites touches, mais ses paroles tombaient toujours à point, avec justesse.

Soucieux d’équilibre et de respect, Alfred veillait toujours à laisser leur place aux nuances d’opinions au sein de la théologie évangélique, tout en affirmant avec clarté les essentiels de la foi chrétienne.

Il a maintenant rejoint son Seigneur, après une vie consacrée à l’instruction et à l’édification de l’Église : son héritage spirituel, notamment par ses écrits, continuera à porter ses fruits au-delà de son départ.

Robin Reeve, professeur HET-PRO

 

A notre arrivée en 1982 à Emmaüs, nous avons fait connaissance d’Alfred Kuen et son épouse Mimosa. C’était une joie de les contacter. Alfred était un homme paisible, discret, et un grand travailleur. Il ne perdait pas une minute ! Il aimait enseigner les étudiants.

Quand il a quitté St-Légier pour retourner à Strasbourg, j’ai eu encore des échanges amicaux par des mails. Et aujourd’hui avec un grand âge, il a retrouvé la maison de son Dieu en Jésus-Christ. C’est un grand deuil. Et je n’oublie pas non plus Mimosa, qui lui a été une aide précieuse, dont je garde aussi un très bon souvenir.

Mon vœu, c’est qu’aujourd’hui il y ait des jeunes qui puissent poursuivre le chemin qu’Alfred Kuen a ouvert par ses livres.

Frieda Dubois, ancienne collaboratrice de l’IBME et épouse du regretté Jacques Dubois, enseignant à l’IBME

Institut Emmaüs 1989 – Alfred Kuen au piano et Frank Horton au violon

 

J’ai eu le privilège de côtoyer Alfred Kuen comme collègue pendant plus de trente ans. Il était un homme de prière et de paix, travailleur inlassable, mais toujours disponible quand je venais frapper à la porte de son bureau. Il m’a accompagné dans la rédaction de mes premiers commentaires, corrigeant mes erreurs et améliorant mon style. À mon tour, je le dépannais sur le plan informatique. Comme auteurs, unis et divers, nous nous sommes précieusement encouragés et entraidés. Son exemple m’a inspiré et je lui en suis reconnaissant.

Daniel Arnold, ancien enseignant à l’IBME, auteur

 

J’ai eu le privilège de côtoyer Alfred Kuen à l’IBME. J’ai pu apprécier ses qualités humaines remarquables. Il était toujours disponible pour qui venait frapper à la porte de son bureau, il était à l’écoute, humble et patient. J’ai aussi été très impressionnée par sa capacité de travailler sur plusieurs livres à la fois et par sa grande capacité d’adaptation aux nouvelles technologies. Je garde de lui un souvenir lumineux.

Myriam Antonin, ancienne étudiante, correctrice bénévole

 

J’ai, pour ma part, eu le privilège d’avoir Alfred comme professeur lors de mes études à l’Institut Emmaüs de 1975 à 1978.

J’ai grandement apprécié la manière dont il s’y prenait pour nous aider à nous imprégner de la Parole de Dieu. Pour cela, il nous donnait des questions relatives au texte que nous allions méditer lors du prochain cours. Puis lorsque nous nous retrouvions, il répondait aux questions qu’il nous avait données à méditer. Grace à cette méthode, non seulement le cours devenait plus vivant, mais plus concret puisqu’il avait été travaillé personnellement.

Une fois dans le ministère pastoral, j’ai moi-même appliqué cette méthode pour enseigner les livres bibliques.
Merci Alfred !

Daniel Cretegny, collaborateur du Forum Emmaüs

 

 

Source : Forum Emmaüs

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

60 + = 69

Catégories

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 691 autres abonnés