Les livres vs Internet : quels avantages ?

par | Déc 6, 2018 | Divers | 1 commentaire

LE LIVRE A-T-IL ENCORE UN AVANTAGE PAR RAPPORT AUX MÉDIAS PROPOSÉS SUR INTERNET ?

 

Vidéos, sites, blogs… Internet propose aujourd’hui de plus en plus de contenus théologiques et doctrinaux en ligne. Ces médias attirent un grand nombre de jeunes (et moins jeunes) convertis, assoiffés d’édification spirituelle.

L’imprimé semble dès lors bien dépassé, noyé par ce tsunami numérique… et gratuit !

D’autant qu’en papier ou en numérique, les contenus se prévalent d’être bibliquement corrects, fidèles à la Parole, fiables et dignes de confiance.

On trouve bien entendu sur internet des contenus corrects et tout à fait valables mais c’est sans aucun doute au niveau de la fiabilité que notre bon vieux livre dispose d’avantages indéniables par rapport aux contenus proposés par internet.

 

Ce sont ces avantages que je me propose de vous présenter :

 

  1. L’identité de l’auteur : qui me parle ?

Bien que la toile contienne certains contenus signés de leurs auteurs (notamment des blogs), beaucoup sont proposés de façon anonyme ou sous un pseudonyme. Il est donc difficile de vérifier la compétence de l’auteur, son parcours, ses autres publications s’il y en a.

En revanche, le livre est généralement signé : on peut se renseigner sur l’auteur et son parcours. Ainsi, nous pouvons vérifier s’il a des compétences dans le domaine qu’il aborde et où il les a acquises, par exemple.

Exemple : Marc a lu sur un site l’exposé d’un enseignement doctrinal découlant d’une nuance qui ne serait perceptible que dans la langue d’origine du Nouveau Testament. L’auteur a l’air convaincant. Seulement, Marc ne connaissant pas le grec koïné, comment savoir si l’auteur est en effet qualifié dans cette langue pour y tirer une conclusion valable ou si, au contraire, sa méconnaissance de la langue l’entraîne dans une lecture erronée ?

 

  1. La vérification collégiale du fond et de la forme : un travail d’équipe ?

La publication sur internet est très facile, tant techniquement que financièrement mais aussi humainement et spirituellement : peut se publier, tout seul, celui qui s’estime être publiable. Si certaines publications sont rédigées par des personnes tout à fait compétentes et/ou en équipe, le fait est que beaucoup de publications restent invérifiées avant mise en ligne.

A l’opposé, une publication en livre passe toujours par une maison d’éditions (sauf cas des auto-publications, très rares car complexes et onéreuses et des publications participatives où l’on paye pour être publié, rares également pour cette raison). Cette maison d’éditions publie suite à un aval par un comité de lecture garantissant un accord collégial sur le contenu, notamment théologique pour un éditeur chrétien. Plusieurs relectures sont ensuite effectuées avant impression. Il y a donc un travail en commun où plusieurs compétences sont mises en œuvre pour aboutir à la publication.

Remarquons également que les librairies chrétiennes s’imposent une vérification supplémentaire : la librairie chrétienne CLC, entres autres, dispose ainsi d’un comité de lecture pour savoir si elle proposera à la vente tel ouvrage. Selon le cas, il peut l’être librement, ou bien avec réserves et remarques ou tout simplement refusé.

Exemple : Diotrèphe est convaincu d’être au bénéfice d’une compréhension spirituelle spéciale de la Bible. Il en écrit un livre, qu’il envoie à différentes maisons d’édition chrétiennes. Chacun des comités de lecture, après l’avoir lu, arrivent à la même conclusion : ses « révélations spéciales » sont en contradiction avec plusieurs textes bibliques. Tous les éditeurs refusent donc de le publier. Diotrèphe continue cependant de penser qu’il a la vérité et décide de publier des vidéos sur internet où ses enseignements sont disponibles.

 

  1. La maison d’éditions et la librairie chrétienne : des indicateurs de contenu

A ce dernier point, on pourrait me répondre avec raison : « mais je trouve dans certains livres des choses qui me paraissent être des erreurs malgré les comités de lecture ! » C’est là que la connaissance d’une maison d’éditions est un indicateur important pour le lecteur final. Le comité de lecture garantit en effet la qualité de la publication selon les critères de la maison d’éditions. Or, ces critères varient d’une maison d’éditions à une autre. En sachant quel est l’éditeur du livre que j’ai entre les mains, j’ai une indication sérieuse de ce que je vais trouver dedans. En revanche, Internet ne fonctionnant pas par maisons d’édition, on ne peut pas être sûr de l’orientation du contenu, à moins d’être soi-même capable de l’analyser et de prendre le temps de le faire.

Parce qu’elles ont aussi un comité de lecture,  les librairies chrétiennes sont également un indicateur de contenu. Ainsi, la politique doctrinale de la librairie chrétienne CLC est de croire en la Bible et en son authenticité ainsi que de se baser sur elle uniquement : c’est-à-dire d’être une librairie « protestante évangélique ». A l’intérieur du mouvement évangélique, certaines églises sont d’une tendance ou d’une autre (baptiste ou pentecôtiste, calviniste ou arminienne, etc.). La librairie chrétienne CLC fait le choix de proposer des ouvrages dont les propos sont compatibles avec la foi protestante évangélique telle que précédemment définie. Autrement dit, des livres dont les propos en matière de foi ne se réfèrent qu’à la Bible et respectent son authenticité.

Exemple 1 : Clément est évangélique. En consultant un très bon blog, il a vu que la question du baptême dans le St-Esprit, présenté par l’auteur de l’article, provoquait des réactions passionnées dans les commentaires ! Il voudrait creuser cette question du baptême dans le St-Esprit par lui-même, en comparant les arguments des uns et des autres à la lumière de la Bible. En se rendant dans sa librairie, problème : Clément ne connaît pas les auteurs. Il ne sait donc pas de quel côté vont leurs arguments sur ce sujet alors qu’il voudrait justement pouvoir les comparer. En jetant un œil sur les autres titres publiés par la maison d’éditions de l’ouvrage qu’il tient en main, il saura très rapidement quelle est sa tendance doctrinale et donc l’orientation du point de vue proposé par l’auteur. Plus rapide encore : il peut demander au libraire ! Ainsi, il pourra trouver une étude pour chaque tendance. Sa Bible en main, il sera en mesure de confronter les différents arguments, certain qu’ils sont présentés par des chrétiens sérieux et approuvés dans leurs milieux.

Exemple 2 : Phoebe voudrait encourager une amie agnostique (c’est-à-dire qui reconnaît ne pas savoir s’il y a un Dieu ou pas) à lire la Bible. Cette dernière est intéressée par Jésus mais elle a entendu dire que la Bible n’était pas fiable et remplie d’erreurs historiques et de contradictions. En rentrant dans une librairie chrétienne protestante évangélique, Phoebe sait de manière sûre qu’elle ne trouvera que des ouvrages qui présenteront la Bible avec la conviction de sa véracité et de son authenticité. En décrivant les interrogations de son amie au libraire, ce dernier pourra lui proposer un livre qui répondra au mieux aux interrogations de son amie.

 

  1. Les écrits restent… Sauf lorsqu’ils sont numériques

Alors qu’un support imprimé est fixé, le contenu du net est changeant : une vidéo ou un écrit peut toujours être supprimé ou modifié à tout moment. Si les encyclopédies participatives en ligne rendent de très grands services pour les informations de culture générale, elles sont plus subjectives sur des sujets délicats, équivoques ou pointus : ses articles peuvent être modifiés à tout moment par n’importe quel participant. L’étude du document et la référence éventuelle à son contenu est donc possiblement compromise.

Exemple 1 : Théophile a vu une vidéo sur le net où l’on parlait d’un caractère divin qu’aurait eu Moïse. La vidéo prétendait que la Bible elle-même signifiait que Moïse était en partie Dieu. Il en parle à son ami Timothée, qui n’est pas du tout d’accord avec cette affirmation, et les deux amis en débattent. Timothée démontre à l’aide de commentaires bibliques que la Bible ne dit pas que Moïse était divin, ni aucun autre homme sinon Jésus seul. Son ami reconnaît les arguments mais reste impressionné par la vidéo qu’il a vu : il veut la montrer à Timothée pour connaître ses réponses aux arguments énoncés. Malheureusement, la vidéo n’est plus disponible et Timothée ne peut plus démontrer que les arguments qui ont tant marqué Théophile ne sont pas corrects : ce dernier restera pénétré de l’impression que la vidéo était convaincante, même s’il ne se souvient plus des arguments qu’elle présentait.

Exemple 2 : les facultés et universités ne considèrent pas comme étant valables les devoirs puisant leurs sources dans des encyclopédies participatives pour les raisons citées.

 

  1. L’exploration de son sujet

Certains blogs sont d’une excellente qualité de contenu, tenus par des gens compétents et désireux de partager ce qu’ils ont appris au sein d’institutions reconnues. Cependant, le format même du net ne se prête guère à la longueur. Quel que soit le format, vidéo ou texte, la toile aime le contenu court. Dès lors, même un admirable article ne peut que présenter un sujet, sans toutefois pouvoir entrer en profondeur.  A l’opposé et plus rarement, on trouve aussi des articles pointus, s’adressant à des gens déjà formés, mais inaccessibles pour le nouveau venu. L’avantage du livre est ici qu’il a « la place et le temps » : il peut à la fois présenter un sujet et le cerner de manière plus avancée. C’est parce que la notion de quantité de texte n’est pas la même selon qu’on parle d’un article ou d’un livre que ce dernier permet un développement plus pédagogique et profond.

 

************************************

Denis Coutier  – Libraire CLC Marseille

1 Commentaire

  1. MUNDA

    Je suis entièrement en accord avec votre commentaire. Merci.

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − = 19

Catégories

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 697 autres abonnés