La série de DVD La Bible, désormais en haute définition

par CLC France | Déc 4, 2020 | Coups de coeur | 0 commentaires

Cette série de 13 téléfilms, datant des années 90, reste un évènement et une référence dans le domaine des adaptations de récits bibliques à l’écran.

C’est en effet la seule fois où un projet d’une telle ampleur a vu le jour : treize téléfilms, dont huit d’entre eux ont une durée de 3 heures (1h30 pour les cinq autres), proposant des long-métrages allant de la Genèse à l’Apocalypse. De fait, si certaines histoires ont déjà fait l’objet d’adaptations auparavant (et depuis), certains récits bibliques ont ici leurs seules adaptations connues.

Ainsi, les films sur Moïse abondent, mais il en est peu sur David ou Jérémie. De même, si Jésus est l’objet de nombreuses adaptations, l’histoire de Paul de Tarse n’a que très rarement été l’objet de productions.

Servies par de bons acteurs (on pense à Ben Kingsley et Martin Landau entre autres), des décors et costumes honorables et une musique de qualité, ces productions ont bénéficié de moyens à la hauteur de leurs ambitions. Tous les long-métrages n’ayant pas été réalisés par les mêmes équipes, il est certain que la qualité finale varie en fonction des films. Dans l’ensemble cependant, le visionnage en vaut la peine.

La marge de fidélité au texte biblique varie également en fonction des films. Si Moïse est assez fidèle (davantage que d’autres productions bien plus importantes), Jésus est traité avec beaucoup de liberté (à ce sujet, voir l’avis libraire sur la page CLC du film : https://www.clcfrance.com/dvd-la-bible_ref_SAJDVDY110.html  ).

La plupart du temps cependant, la marge de liberté prise avec les récits bibliques n’excède guère celle prise par les références du genre (Les dix commandements de Cécil B. DeMille par exemple). Cette marge de liberté est par ailleurs inhérente à toute entreprise d’adaptation cinématographique. Rien ne pourra remplacer la lecture de la Bible.

Bien entendu, la question et la notion de fidélité au récit biblique est intimement liée à la perception de chacun de ce que doit être une adaptation cinématographique. J’estime cependant (de façon tout à fait personnelle) qu’il n’y a pas plus de deux ou trois films sur les treize qui pourraient déplaire à un spectateur chrétien pour des raisons de choix scénaristiques en rapport avec les données bibliques.

Avis technique à propos de la version « haute définition » :

On pourrait se demander si la récente remasterisation de ces téléfilms apporte réellement une plus-value. Je ne fais ici que livrer mes impressions à titre indicatif, n’étant pas assez qualifié techniquement pour prétendre à un avis de référence dans ce domaine. J’ai simplement eu la curiosité de me livrer à une comparaison entre l’ancienne et la nouvelle version DVD du film Joseph. Voici mes impressions :

-La résolution de l’image me semble très nettement rehaussée. Bien que nous restions sur le même support technologique (à savoir le DVD), la différence saute immédiatement aux yeux. Bien des détails surgissent et insufflent un supplément de vie et d’émotion au spectacle.

-Les couleurs et le contraste ont été retravaillés de façon à donner une image à la fois plus riche et bien plus nuancée. Là où il semblait y avoir en permanence un filtre jaunâtre, les tons éclatent désormais d’une teinte beaucoup plus naturelle (analogie pour les méditerranéens : il semble qu’un vent d’Est chargé de sable laisse place à un bon Mistral).

-En plus du mixage stéréo, le son a gagné une nouvelle piste 5.1 (que je n’ai malheureusement pas pu tester).

-Le cadrage de l’image a été modifié. En effet, ces long-métrages étant des téléfilms des années 90, l’image d’origine est en 4/3, norme des téléviseurs de cette époque. Cependant, les temps ont changé et les téléviseurs sont davantage panoramiques. L’image a donc été « rognée » pour que les films soient nativement en 16/9, s’affichant en plein écran et au maximum de leur résolution. On pourrait penser que l’on a perdu de la matière, puisqu’on a supprimé du contenu à l’écran. Cependant, ce recadrage ne se remarque pas du tout. Même en comparant les deux versions, la différence ne m’a pas sauté aux yeux. Je pense que c’est un bon choix de la part de l’équipe en charge de la remasterisation, qui met en valeur les films (plutôt que d’avoir des bandes noires sur les côtés de l’écran, si le cadrage d’origine avait été conservé).

-Enfin, un point négatif tout de même. Sur l’ancienne version, seule la piste audio française était disponible, ce qui était déjà fort dommage pour un support DVD. Hélas, l’éditeur n’a mis à profit cette réédition pour inclure la piste audio originale (anglaise), même en simple stéréo… Il me semble que cela n’aurait pas demandé un très gros travail pour l’éditeur de simplement la conserver (ou la réintroduire).

Conclusion :

Dans l’ensemble, ces productions nous offrent un spectacle de qualité. Si certains films peuvent poser problème au chrétien du fait des libertés prises par rapport au texte biblique, ils sont en très grande minorité sur l’ensemble. Ces films restent une référence dans leur domaine, très efficacement mis en valeur dans ces nouvelles versions.

Denis Coutier, libraire de la CLC Lille